A propos des Compagnies

Les Compagnies

Nom de la Compagnie  Gougnies 
Oriflamme de la Compagnie
 
Nom de la Marche  Marche Royale Sainte-Rolende 
Localité  Gougnies  - Gerpinnes  - Hainaut 
Date de création  XVIIe siècle 
En activité  Oui  
Jeune Compagnie  Non (il ne s'agit pas d'une jeune Compagnie)  
Saint  Sainte Rolende 
Sortie annuelle  Mai/Juin - Lundi de Pentecôte 
  21/05/2018 
Horaire:  Messe: 06h45
Départ de la procession: -
Rentrée: 14h00
Moment fort:  Prise au drapeau à 09h00  
Cassage du verre  Mars/Avril - Lundi de Pâques à 14h00 
  02/04/2018 
Nbr de Marcheurs  250 

Données liées à l'AMFESM 
Affiliée  En 1960  sous le numéro 19 
Trophée des Marches attribué en 1979, 2015  

Contacts 
Site internet  http://www.facebook.com/marcheroyalesainterolendegougnies 
Email  rolendien (a) gmail.com  
 
Mise-à-jour  20/01/2018 
Légende: nc: non communiqué;  -: non communiqué ou inexistant

Saint patron

Sainte Rolende

Epoque Morte vers 774
Fête 13 mai
Sa vie

Statue de Sainte Rolende

Sainte Rolende, Eglise Sainte-Radegonde de Villers-Poterie


Chapelle de Sainte Rolende - Gerpinnes - Sartia
Chapelle Sainte-Rolende - Gerpinnes - "Sartia"


Châsse de Sainte Rolende visible en l'église Saint Michel de Gerpinnes Centre
Châsse de sainte Rolende - Eglise Saint-Michel de Gerpinnes Centre


Source: http://fr.wikipedia.org
Selon la légende, Rolende était fille de Didier, roi de Gaule. Recherchée en mariage par le fils du roi d'Ecosse, guerrier de valeur et de renom, Rolende s'enfuit du palais royal car elle voulait se consacrer à Dieu et exécuter son dessein de n'appartenir qu'à Lui. Elle erra longtemps et, épuisée, atteignit Villers-Poterie où elle fut bien accueillie. Mais là, au château de Villers-Poterie, elle mourut d'épuisement.
C'était en 774. On voit encore dans la chapelle de ce château une pierre sur laquelle est gravée, en lettres gothiques, l'inscription suivante : "hic obiit Virgo Rollendis".
Lorsqu'on eut ramené avec pompe la dépouille sacrée de Rolende à Gerpinnes, on la déposa dans l'église, du côté droit, où un mausolée lui fut érigé pour la conserver.
Ce tombeau devint si célèbre par les miracles éclatants de tout genre qui s'y opérèrent qu'on y vit affluer une foule innombrable avide d'obtenir la délivrance, soit des infirmités corporelles, soit de l'aveuglement spirituel. On dit que "du corps virginal de Rolende, suintait en grande abondance une huile sacrée dont l'onction guérissait les plaies. Or un homme malveillant jeta par terre l'huile et la fiole qui la contenait ; pour punition de quoi, lui et toute sa descendance eurent de gros nœuds à toutes les jointures des doigts, et l'huile cessa de suinter".
C'est au début du XIIe siècle que le autorités religieuses procédèrent à l'exaltation solennelle des restes du saint corps. Longtemps après, cette région fut éprouvée par une très grande stérilité. Survint un plus grand fléau : une mortalité extraordinaire sévit dans plusieurs provinces. Chacun, frappé de terreur, mit sa confiance en la protection de la Bienheureuse Rolende, tous se rassemblèrent autour de son tombeau, toujours célèbre par les miracles, convaincus qu'elle les délivrerait d'un tel fléau et décidèrent que, chaque année, après des jeûnes et des larmes de pénitence, le très saint corps de la Vierge serait porté en grande pompe dans une procession autour des limites de la paroisse. Plus on mit de dévotion à accomplir cet acte de Piété, plus le Ciel et Rolende s'empressèrent de mettre fin à la calamité.

Les miracles

C'est par ce miracle et par une foule d'autres que cette Bienheureuse Vierge montra qu'elle veillait pour toujours sur ses serviteurs.
Voici la relation de quelques miracles traduite vers le XVIIe siècle, d'un manuscrit latin, par Crespin Paradis, curé de Gerpinnes.
"Il y a eu quelque fille résidente en ceste Parroiche laquelle avait les genoux tellement courbés que les vestiges de ses talons se voyent à ses reins, estant constituée avecque grande dévotion pardevant le corps Virginal a mérité de recevoir sa santé corporelle."
"D'avantage a esté veue (vue) quelque jeune femme, laquelle estait tellement destituée des artères de la voix, qu'elle ne pouvait proférer parfaitement un mot seul, pour ce tous les jours se mettoit en genoux devant l'autel, où elle a mérité d'obtenir l'ouverture de la voix et guérison entière. "
"Au mois de julet 1601, Charles Lebenart, aagé de deux ou trois ans, se deulloit et délamantoit disant qu'il avait mal vers ses génitoires, et estant visité par plusieurs personnes, fut trouvé etre desrompu dont pour subvenir à la douleur, sa mère contracta avecque un maistre opérateur pour le faire trancher et le maistre estant arrivé, l'enfant tomba malade, pourquoy cela fut différé pour le péril de la mort dont la mère voyant son enfant endurer une douleur extrême effectua le jour de la procession un pèlerinage et au retour trouva son enfant entièrement guérit."

Le reclus révélateur

Il y avait un serviteur de Dieu, nommé Engerrand, qui s'efforçait de s'éloigner "corps et âme" de la gloire du monde, nulle et frivole, et qui vivait saintement. Ce reclus, enfermé dans une cellule contiguë à la chapelle où fut trouvé le corps de Rolende, réfrénait là toutes ses convoitises. Rolende lui apparut deux fois pour lui dire de révéler l'endroit de sa sépulture.
Une troisième fois, il fut " fortement battu de verges " comme négligent. Hésitant, il est sommé de s'exécuter.
Ayant obtenu sa grâce, il obtempéra. Malade, il publia brièvement la vision qu'il avait eue et la cause de sa maladie. Pour donner plus de certitude à sa révélation, il décrivit, de sa cellule, avec un bâton, le contour de la tombe.

Saint Oger

La mort de Rolende fut douloureuse à l'un de ses valets, Oger, unique confident de la sainte.
Oger, sous sa vulgaire enveloppe de domestique, avait peut-être une âme sensible, généreuse, ouverte aux grandes émotions et capable d'enfanter une noble mais réaliste passion.
Rolende aimait l'Idéal et lorsque, menacée dans sa vertu, elle s'adresse à Oger, il se croit aimé, il espère ... Et puis, ils s'en vont par les bois et, dans cette fugue périlleuse et difficile, ils puisent l'un et l'autre la vie dans l'amour même. Ainsi les fortunes du destin réunissent, en une troublante intimité, sans qu'ils se comprennent pourtant, deux êtres également épris d'une même passion.
Lorsque Rolende mourut, Oger pressentit qu'il n'y avait plus, pour lui, de bonheur possible. Et cet homme jeune, qui pouvait courir à d'autres amours et cicatriser une blessure à peine ouverte, s'enferma dans la désespérance. Il se retira loin, dans la paix des solitudes, but l'eau des roches, se nourrit de racines et de plantes ; il entrevoyait Rolende entourée de splendeurs célestes.
Il mourut chargé d'ans et ô merveilleuse puissance de l'amour, lorsque la châsse contenant ses reliques, se joint, à Hanzinne, au cortège de Sainte Rolende pour poursuivre un instant avec elle la route qu'ils ont tous deux parcourue au temps de leur jeunesse et de leur passion, on entend encore les ossements sanctifiés du valet tressauter d'allégresse.
Cette légende n'est rapportée nulle part si ce n'est par la tradition.

Légende de la Garde d'Honneur

Un jour, quelque berger, de la ferme de Villers-Poterie, surpris par une averse, se réfugia avec ses chiens de garde, dans une chapelle érigée en l'honneur de Sainte Rolende. Inspiré par l'esprit malin, il plaça un de ses chiens sur l'autel. Soudain, des mains armées de gaules émergèrent de la muraille, le profanateur fut assailli par une volée de coups qui lui firent de profondes blessures. Il implora le pardon de sa faute et, pour expier sa faute, lui et toute sa descendance - qui fut innombrable - devront, jusqu'à complète extinction, accompagner partout les restes de la bienheureuse. C'est pour cela que deux officiers à cheval, tenant chacun un fanion à banderoles, escortent la châsse durant tout le cours du pèlerinage.

La Châsse

En l'an 1097, Otbert fit enlever de terre le corps de Sainte Rolende et le mit en une châsse après avoir procédé à l'élévation des reliques. Cette châsse était en cuivre et en argent. Elle fut restaurée en 1399. C'est en 1599, le 13 mai, qu'elle eut sa forme actuelle. Elle est sortie des ateliers de Henri Libert, orfèvre à Narnur. C'est un des plus beaux chefs-d'oeuvre de l'orfèvrerie des XVe et XVIe siècles. La châsse est de style "Renaissance", mais la plupart des ornements appartiennent au Roman.

texte provenant du livre Gerpinnes Vade-Mecum

Châsse / reliquaire / statue

Composition

Itinéraire

Carte

Eglise

Photo

Retour à la liste complète

Dates de sortie indicatives, l'ASBL Musée des Marches Folkloriques de l'Entre-Sambre-et-Meuse ne peut être tenue responsable en cas d'erreur.
Il se peut que la date de sortie ne coïncide pas forcément à la date thérorique de sortie. Ceci peut être lié à un évènement exceptionnel (élections) ou à une indisponibilité des costumes à la date du calendrier perpétuelle